Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier – Comunità di Sant’Egidio | VIDEO & PHOTOS

Η ομιλία του Οικουμενικού Πατριάρχου Βαρθολομαίου στο Συνέδριο της Κοινότητας του Αγίου Αιγιδίου στα γαλλικά

In other languages: ITBG


Discours de Sa Sainteté Bartholomée Ier

Distingués et vénérables représentants des religions du monde,

Honorables représentants des États et des organisations mondiales,

Participants distingués,

Fin 2019, le monde a été secoué par des informations en provenance de Chine, de la ville de Wuhan, où une étrange nouvelle maladie infectait un très grand nombre de personnes, faisant également d’innombrables victimes. Malgré le mondialisme ambiant, la planète est aux prises avec de grandes crises économiques et financières dans diverses parties du monde, caractérisées par des tensions entre les grandes puissances ; la transhumance de populations entières et des migrations de plus en plus impressionnantes ont secoué la deuxième décennie du XXIe siècle, provoquant des répercussions négatives et la montée de nationalismes nouveaux et dormants chez de nombreux peuples de la terre. Le fondamentalisme religieux a cherché à contrecarrer les dialogues pour une coexistence pacifique et une coopération entre les religions. L’économisme non réglementé a poursuivi sans relâche l’exploitation incontrôlée des ressources naturelles, dont les conséquences sur le climat sont visibles pour tous. C’est dans ce sombre tableau qu’est intervenue la pandémie de coronavirus Covid-19, qui allait changer la perception générale de la planète. L’insécurité provoquée par la nouvelle maladie qui s’est propagée aux quatre coins du monde, les conséquences d’un verrouillage mondial, jamais imaginé ni pensé, ont fait naître de nouvelles connaissances et perceptions chez tous les peuples du monde. Personne, riche ou pauvre, du Nord ou du Sud, appartenant à n’importe quelle culture ou religion ou ordre politique et économique, ne peut prétendre être à l’abri de ce fléau du XXIe siècle. Aujourd’hui, nous voyons lentement une lumière au bout du tunnel. Pouvons-nous retourner à la vie du monde précédent comme si rien ne s’était passé, ou cet événement orientera-t-il la vie des peuples de la terre vers un monde différent, avec l’espoir qu’il sera meilleur ? Il n’y a qu’une seule réponse à cette question : le monde du passé n’existe plus et nous avons entre les mains la possibilité de construire un nouveau départ, un nouveau départ qui ne peut être qu’ENSEMBLE. À l’occasion de cette importante réunion, nous ne pouvons que réaffirmer des principes que nous connaissons déjà, mais nous avons maintenant l’obligation d’en faire une réalité concrète.

Recommençons par affirmer ce que la pandémie a rendu plus évident : l’appartenance à l’unique famille humaine de tous les peuples de la terre et le soin de la création, qui a pu se reposer et se renouveler, nous permettant de redécouvrir la vie dans de nombreux endroits où il était impossible de l’imaginer il y a encore quelques mois.

Un document récent de notre Patriarcat Œcuménique déclare que : „Les progrès scientifiques réels (dans des domaines tels que la biologie moléculaire et la génomique en particulier) ont montré que le concept même de races distinctes ou de clades génétiques séparées au sein de l’espèce humaine est un fantasme vicieux, sans fondement dans la réalité biologique, mais la notion empoisonnée de race fait toujours partie du monde conceptuel de la modernité tardive. …. Il n’y a qu’une seule race humaine, à laquelle tous les hommes appartiennent et tous sont appelés à devenir un seul peuple en Dieu Créateur. Il n’y a pas d’humanité en dehors de l’unique humanité universelle…“. Il est donc essentiel que nous reconnaissions tous, à tous les niveaux, non seulement le concept des droits de l’homme, mais aussi le fait que nous appartenons à l’Humanité unique, avec toutes ses spécificités, ses cultures et ses identités. Un début de post-pandémie ne peut faire abstraction de cet axiome, qui abolit toute notion de diversité et incite à la reconnaissance d’une seule famille.

Pour reconnaître l’autre, il faut d’abord le „connaître“ dans sa globalité culturelle, sociale, éthique, religieuse et traditionnelle. Connaître l’identité de l’autre, c’est l’écouter, non pas pour l’homogénéiser à une seule identité globale, mais pour „comprendre“ sa spécificité. Il est important d’entreprendre une nouvelle voie vers la mondialisation, à laquelle les systèmes de communication modernes nous ont initiés, non pas pour ériger des barrières, mais pour sauvegarder les particularités de chaque peuple, de chaque territoire, de chaque culture, non pas pour se refermer sur soi-même, danger toujours présent dans de nombreuses sociétés, mais pour faire en sorte que l’autre comprenne et s’identifie.

Un système de relations fondé sur la connaissance et la compréhension a la capacité d’harmoniser même les extrêmes, comme nous l’a montré la période pandémique, en créant de nouvelles formes d’économie, plus attentives aux besoins des peuples, aux défis de la pauvreté, à la possibilité d’éviter les migrations inutiles, si les conditions de vie peuvent être considérées comme au moins acceptables, à la possibilité de partager, voire de respecter les principes économiques qui régissent les choix des différents pays, à l’utilisation par tous des biens de la terre, sans en arriver à des formes d’exploitation des personnes et des ressources, qui sont souvent des causes de conflit.

Le monde post-pandémique doit également produire un troisième principe à côté de la connaissance et de la compréhension : le respect mutuel. Le fait de se respecter et de respecter les autres, de dialoguer et de s’écouter mutuellement rend les principes ci-dessus viables. Le dépassement du fondamentalisme religieux, du nationalisme absolu, l’affirmation d’une justice juste à tous les niveaux de la société humaine, la création de moments d’enrichissement culturel mutuel, peuvent conduire notre humanité à de nouvelles réalisations pour une vie digne de la connaissance humaine et de la coexistence mutuelle.

Le Saint et Grand Conseil de l’Église orthodoxe de Crète en 2016 a affirmé solennellement que “ les dons de la paix et de la justice dépendent aussi de la synergie humaine “ et que “ tout homme, indépendamment de sa couleur, de sa religion, de sa race, de son sexe, de sa nationalité, de sa langue, a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu et jouit des mêmes droits dans la société „.

Hommes de foi, politiciens, économistes, philosophes et sociologues, écologistes, scientifiques, hommes et femmes de bonne volonté, après chaque bouleversement survenu dans l’histoire, les sociétés humaines ont eu l’occasion de s’en sortir mieux et de progresser dans la croissance dans tous les domaines ou de se renfermer, de s’exclure les unes les autres, ouvrant les portes à de nouveaux conflits et problèmes.

Après cette pandémie, la même question se pose pour nous. Voulons-nous apprendre à nous connaître, à nous comprendre et à nous respecter pour donner aux peuples du monde une nouvelle chance de vivre dans la justice et la paix, en sauvegardant la création et tout ce qui l’accompagne ? Si nous ne le faisons pas, les conséquences seront pires que le monde que nous avons laissé derrière nous.

Merci de votre attention.

Source: preghieraperlapace.santegidio.org

DONATE TO DOXOLOGIA INFONEWS

BANK: Eurobank Bulgaria AD (Postbank)

IBAN: BG46 BPBI 8898 4030 6876 01

or through PayPal