Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions: déclaration du haut représentant au nom de l’Union européenne

In other languages: BGGRESRUSCSDEENITRO AR

À l’occasion de la Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions, nous rendons hommage à celles et ceux qui ont perdu la vie ou sont victimes d’agressions, de menaces ou de persécutions en raison de leur religion ou de leurs convictions.

À travers le monde, bien trop de personnes font l’objet de discriminations pour ce qu’elles sont par essence, ou pour ce en quoi elles croient ou ne croient pas. Les persécutions s’abattent sur celles et ceux qui manifestent leur religion ou leurs convictions par le culte et l’éducation, ou sur celles et ceux qui abandonnent leur religion ou leurs convictions ou qui en changent.

Les agressions ciblant des personnes en raison de leur religion ou de leurs convictions, ainsi que les actes de violence perpétrés sous le prétexte d’une doctrine, d’une prescription ou d’une pratique religieuse, sont inacceptables.

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, nous sommes témoins de l’émergence de théories du complot et de l’utilisation comme boucs émissaires de communautés religieuses ou de conviction, contribuant à la montée en puissance du soutien public à la haine religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence. Il s’agit souvent de signes avant-coureurs d’attaques violentes et d’autres formes de violations des droits de l’homme et d’atteintes à ces droits. Dans le même temps, les acteurs religieux jouent un rôle fondamental dans la fourniture de services sociaux et de secours, prenant ainsi part à la lutte mondiale contre la pandémie.

Notre engagement est guidé par la mise en œuvre des orientations de l’UE relatives à la liberté de religion ou de conviction. Nous nous efforçons de lutter contre toute forme de persécution et de discrimination à l’égard des personnes à travers l’attachement de l’UE au multilatéralisme et son engagement dans les enceintes des Nations unies compétentes en matière de droits de l’homme et dans les initiatives menées sous l’égide des Nations unies.

Au cours des dix dernières années, par l’intermédiaire de l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH), l’UE a financé des projets liés à la liberté de religion ou de conviction dans toutes les régions du monde pour un montant supérieur à 22 millions d’euros, y compris, entre autres, des actions visant à lutter contre les discours de haine et à favoriser le dialogue intercommunautaire et interconfessionnel.

L’Union européenne continuera de travailler à l’intérieur de ses frontières comme à l’étranger pour lutter contre les discriminations et les discours de haine fondés sur la religion ou les convictions, ainsi que pour lutter contre l’impunité et renforcer l’obligation de rendre des comptes.

La source: Conseil de l’Union européenne

DONATE TO DOXOLOGIA INFONEWS

BANK: Eurobank Bulgaria AD (Postbank)

IBAN: BG46 BPBI 8898 4030 6876 01

or through PayPal